Le marketing d’influence est devenu un axe central autour de la promotion des entreprises dites de « produits ». Les e-commerçants se lancent dans la conquête des meilleurs influenceurs web du moment.

Dans le monde du e-commerce, une vague fait rage : la privatisation des influenceurs à prix fort ! Tout comme la stratégie de Versace dans les années 70, les plus gros e-commerçants font exploser les cachets des macro-influenceurs (plus de 500K d’abonnés) dans le but de freiner les marques plus petites dans leur ascension. Mais la partie est loin d’être gagnée, aujourd’hui les influenceurs sont beaucoup plus nombreux que les mannequins stars des années 70. Du coup, il reste très compliqué pour une grande marque de verrouiller tous les influenceurs.

Pour les sociétés débutantes dans le e-commerce, l’objectif recherché lors de la mise en place d’une stratégie d’influence se traduit essentiellement par des attentes de conversions. Or, assimiler marketing d’influence à vente reviendrait à ne se concentrer que sur la partie émergée de l’iceberg. La conversion est davantage une résultante des véritables objectifs poursuivis, à savoir :

  • L’augmentation de la visibilité et du trafic auprès d’une cible définie,
  • Le développement de l’image de marque en s’affiliant à des influenceurs de qualité,
  • L’amélioration du référencement naturel (SEO) par l’obtention de backlinks de qualité.

Le marketing d’influence : Notoriété, Visibilité, Image et ensuite Conversion !

La vente n’arrive en effet qu’en quatrième position des objectifs des grandes marques utilisant cette stratégie. Ce manque de vision récurrent de la part des débutants dans le marketing d’influence entraine des résultats catastrophiques durant leurs campagnes. Si vous choisissez de mener une campagne d’influence, il est essentiel de vous assurer que vos objectifs soient clairs, adaptés, cohérents et rationnels. 

Quand une entreprise fait appel à la publicité média (télévision, radio, presse, affichage, etc.), elle investit sur l’acquisition de visibilité et de notoriété auprès d’une audience plus ou moins ciblée. Le marketing d’influence ne déroge pas à cette règle. Si votre préoccupation principale reste la conversion immédiate, alors vous n’êtes pas prêt pour mener votre première campagne d’influence. Investissez davantage sur des programmes d’affiliation, de Facebook Ads, de Google Adwords ou de Display.

Soyez prudent ! Si vous parvenez à éviter l’ensemble des pièges du marketing d’influence, votre campagne pourra s’avérer extrêmement rentable. Pour cela évitez :

  • Les faux influenceurs : ils représentent 80% des influenceurs web. Seul 20% d’entre eux sont donc détenteurs d’une véritable communauté qualifiée et engagée. Misez sur eux ! Ce sont les seuls qui vous apporteront des résultats concrets.
  • Les stratégies exclusivement axées sur la vente : plus votre stratégie se concentrera sur la conversion directe, moins elle sera efficace. On parle ici de « téléshopping » en ligne. Les internautes ne sont pas dupes ! Ils sont de plus en plus conscients que les influenceurs mettent en avant les produits pour lesquels ils perçoivent une rémunération.
  • La sélection d’un mauvais univers : il existe plus de 10 catégories d’influenceurs ayant des communautés plus ou moins ciblées. Trouveriez-vous pertinent de promouvoir des tondeuses auprès d’une cible vivant en appartement ? C’est aussi pertinent que de confier la promotion d’une Porsche à des personnalités issues de la télé-réalité. Leur communauté étant essentiellement composée de 13/24 ans.
  • La surfacturation : s’ils détiennent une fausse communauté ou s’ils n’ont pas d’intérêt pour votre produit, les influenceurs seront paradoxalement plus onéreux que ceux ayant un véritable attrait pour votre solution. Lorsque vous lancerez votre première campagne, nous vous conseillons de mettre de nombreux influenceurs en compétition (une cinquantaine environ). Ne cherchez pas à collaborer avec ceux qui auront la plus grande communauté (rappelez-vous que c’est bien David qui a vaincu Goliath). Privilégiez ceux qui sont en cohérence avec l’image et la culture de votre entreprise, ils vous apporteront de meilleurs résultats.

Les faux influenceurs : ils représentent 80% des influenceurs web. Seul 20% d'entre eux sont donc détenteurs d'une véritable communauté qualifiée et engagée.Click to Tweet

 

Pour votre boutique en ligne, appuyez-vous sur des Relations Influenceurs.

En conclusion, les e-commerçants sont les grands gagnants de cette nouvelle forme de publicité. Bien entourés et accompagnés dans leur stratégie de marketing d’influence, ils peuvent rapidement tenir tête à des concurrents qui n’ont pas encore pris le pas du digital. Bien que cet article soit axé sur le e-commerce, il s’adapte à tout type d’activité.

Enfin, il est préférable d’externaliser sa gestion de campagne d’influence en faisant appel à une toute nouvelle profession : les Relations Influenceurs. En 2018, ils sont moins d’une centaine en France.

Fraich’TOUCH vous accompagne dans vos campagnes de marketing d’influence au niveau national ou international. Notre agence basée à Toulouse gère plus de 900 collaborations influenceurs ayant entre 30 000 fans à plus de 39 millions.

Prêt à démarrer l’aventure ?
Alors
contactez-nous.

22 Partages